Un message reçu :

Bonjour,
En faisant des recherches sur la Première Guerre mondiale, je me suis rendue sur votre site.
Comme les associations qui œuvrent inlassablement pour que le souvenir des atrocités qu'ont vécues nos aïeux ne s'efface pas, pour que leurs descendants transmettent le flambeau de génération en génération du "non à l'oubli" à "plus jamais ça", les auteurs de sites sont des passeurs de mémoire.
Le grand-père de mon mari, Georges Hippolyte, a participé à cette guerre. Il était lieutenant au 38e régiment d'artillerie, il a défendu le pays sur les terres de l'Artois en 1915 (recherche et aménagement d'observatoires, installation de liaisons téléphoniques autour de Carency). Entre-temps, il renonce au poste d'adjoint au commandant, sa vue défaillante ne lui permet pas de commander une batterie, pour assumer celui de l'approvisionnement. Il a eu la chance d'en revenir, mais pas son frère, caporal-mitrailleur au 273e régiment d'infanterie, tué au combat dans les tranchées de la Somme le 20 juillet 1916, alors qu'il était sorti indemne de Verdun.
Georges Hippolyte tenait un journal de campagne qu'il nous a laissé ainsi que des lettres qu'il envoyait et recevait pendant qu'il était sur le front. Ses mémoires et lettres ont été publiés sous le titre Ma chère Marie-Thérèse Journal du front 1914-1917 et correspondances. Son témoignage ajoute une pierre à l'édifice du souvenir pour se rendre compte de la violence du conflit. Il représente un exemple de plus des souffrances endurées par les soldats plongés soudainement au cœur de l'enfer, des souffrances de leur famille, de la mort des camarades, de la mort dans toute son horreur, de la fragilité de la vie, et participe au devoir de mémoire. Si les commémorations sont terminées, les hommages rendus, cette page de notre Histoire doit résister à l'oubli.
Un site est consacré à Ma chère Marie-Thérèse. Il contient des extraits des mémoires et des lettres, des photos, les informations pratiques pour se procurer l'ouvrage. Georges Hippolyte était passionné de photographies que nous avons trouvées dans sa maison sous forme de plaques de verre et d'albums.

Le lien : https://sylviehippolyte.wordpress.com