On les aura

         Le 1er juin, le régiment est mis à la disposition du groupement du général Féraud, commandant le 1er C.C. au nord de la Marne, dont la mission est d'interdire le passage de la rivière entre le pont de Verneuil et Port-à-Binson. Le soir même le régiment se porte au nord de la Marne, vers Villers-sur-Châtillon et Belval et prend position le 2 au matin au bois de Rodemat et aux bois du Roi et de la Haute-Charmoise, qu'il organise défensivement avec un bataillon en réserve au bois des Savarts. Dans la journée, le lieutenant-colonel Charlet reporte son P.C. de Villers-sur-Châtillon à Tincourt.

         Le 3 juin, les 3e et 1er bataillons sont mis à la disposition de la 40e et de la 120e division d'infanterie pour lesquelles ils exécutent, le 4, des travaux sur la position des réduits au bois de la Cohette, hauteurs ouest de Cuisles, ligne intermédiaire Montigny-Baslieux.

         Le 5 juin, le 2e bataillon, mis à la disposition de la 120e D.I. relève le 21e B.C.P. à Baslieux.

         Le 6, le régiment est mis à son tour à la disposition de la 120e D.I. et affecté au quartier de La Malmaison (partie sud du sous-secteur de Vandières). Dans la nuit suivante, le 3e bataillon relève la 11e B.D. (cavaliers du bataillon Gasquelle) au bois de Trotte.

         Le 7, le 1er bataillon relève le 25e R.I. sur les pentes sud du bois de Navarre.

         Le 8, l'E.M. et la C.H.R. relèvent au boqueteau de la Source, à 200 mètres au nord de la route Vandières-Verneuil, l'E.M. et la C.H.R. du 25e R.I. et le colonel Charlet prend le commandement du quartier de La Malmaison qui s'étend des rives de la Marne en amont de Verneuil jusqu'au bois de Trotte inclus (nord-ouest de Vandières).

         Les bords de la rivière sont défendus par un groupe cycliste britannique W. Les pentes sud du bois de Navarre par le 1er bataillon du 170e R.I ; le bois de Parem par le 1er bataillon du 408e R.I. Le bois de Trotte est organisé défensivement par le 3e bataillon du 170e R.I. Toutes ces unités sont sous le commandement du lieutenant-colonel Charlet. Le 2e bataillon est en réserve à Binson-Prieure. Les unités du régiment, ainsi que les unités étrangères au corps s'efforcent de continuer la manœuvre commencée par les éléments qu'elles ont relevées et d'avancer la ligne de surveillance sur les pentes sud-ouest du bois de Navarre et entre les bois de Trotte et de Parem.

         La position est en effet des plus délicates à tenir, avec la Marne à revers à une distance maximum de 2 kilomètres qui se réduit vers la gauche du quartier jusqu'à border la rivière. Avec cela, aucun passage assuré avant le fort de Binson, distant de plus de 5 kilomètres, difficile à atteindre, car l'artillerie ennemie tient sous son feu la rive nord et prend d'enfilade la route de Vandières à Binson-Prieure.

         Toutes les troupes qui occupèrent ce secteur, lors de l'offensive ennemie du 15 juillet suivant, furent d'ailleurs cernées et faites prisonnières, l'effort de l'ennemi s'étant porté par le bois de Rarrey vers Châtillon-sur-Marne, d'où il fonça directement sur Port-à-Binson.

         Dans la nuit du 9 au 10 juin, le régiment est relevé sur ses emplacements par le 115e R.I. et se rend au bois d'Enghien (carrefour du pont de Meulan, à 4 kilomètres sud-ouest de Boursault) où il embarque en autos pour Dhuisy et Chambardy (au nord de la Ferté-sous-Jouarre).

SECTEUR DE PRÉMONT

(juin-juillet 1918).

         Le 10 juin, le régiment est remis à la disposition de la 167e D.I.

         Le 12 juin, le 3e bataillon du 170e relève le 3e bataillon du 174e, en réserve à la croupe boisée 123 (sud de Veuilly-la-Poterie). Le 2e bataillon se porte au bois de Vaurichard pour relever le 1er bataillon du 409e R.I. sur la ligne Montecouve-Héloup. Le 1er bataillon reste en réserve de D.I. à Chambardy.

         Le 13 juin, à 8 heures, le lieutenant-colonel Charlet, commandant le 170e R.I., prend le commandement du sous-secteur de Pramont. La position reprise par le régiment est située de part et d'autre du Clignon dont la vallée, très marécageuse est plantée de peupliers. Elle s'étend sur la rive nord du Clignon jusqu'à Montecouve, puis franchit le ruisseau qu'elle borde dans la région nord-est d'Héloup. Cette position dans le fond de la vallée n'est que temporaire ; elle a été atteinte par la progression effectuée la semaine précédente par le 409e R.I. qui a repris Veuilly-la-Poterie, Héloup, a franchi le Clignon dans la partie ouest de son front d'attaque et occupé Montecouve.

         Le but actuel à atteindre est l'occupation des bois qui bordent le plateau d'Hautevesnes, dominant nos positions, en vue d'établir une base de départ pour les opérations futures.

__________